Informations sur le statut d’auto entrepreneur

Le statut auto entrepreneur rassemble des mesures strictes et assez simples, qui permettent de pratiquer une petite activité professionnelle indépendante plutôt facilement, de façon régulière ou ponctuelle et surtout en minimisant les coûts administratifs. Pour bien comprendre ce concept, voyons ensemble le fonctionnement général de ce statut.

Le fonctionnement général de ce régime

Il s’agit en premier lieu d’une sorte d’ évolution de l’entreprise individuelle. Cette-ci est donc bien plus adaptée aux difficultés de la réalité économique. Elle a vu le jour le 1er janvier 2009 sous l’égide d’Hervé Novelli qui souhaitait simplifier au maximum la création et la gestion d’activité, afin de permettre à l’ auto entrepreneur de générer des revenus sans avoir à subir les contraintes de l’entrepreneuriat classique. L’auto entrepreneuriat vient de voir le jour !

Qui peut devenir auto-entrepreneur de nos jours ?

La réponse est simple puisque toute personne le peut, mais il faudra respecter cependant quelques conditions. Mais les possibilités sont assez souples et la liste des potentiels postulants est très étendue.
Vous pouvez en effet opter pour ce régime et ce statut à titre principal si par exemple vous êtes chômeur et que vous souhaitez vous lancer à votre propre compte.
Mais vous pouvez également le faire à titre complémentaire si vous êtes déjà un salarié du secteur privé, un fonctionnaire ou un retraité qui souhaite développer une activité annexe en complément de votre salaire, de votre traitement ou même de votre retraite.
Et enfin, les étudiants sont également conviés à la fête s’il souhaite créer sa première activité tout en poursuivant ses études. Bref pour résumer nous pourrions dire que, si vous êtes salarié(e), demandeur(eresse) d’emploi ou encore retraité(e), ce statut est alors fait pour vous !

entrepreneur

Découvrez les démarches simplifiées du statut en 2015

Vous découvrirez tout au long de votre visite, de nombreuses informations importantes et capitale sur ce jeune statut qui a déjà su s’adapter aux contraintes d’une petite activité.
On peut annoncer par exemple l’intérêt de ne pas avoir d’inscription obligatoire au Registre des Commerces et Sociétés ni au Répertoire des Métiers. Tout cela grâce à une simplification au travers d’un seul formulaire de déclaration de début d’activité qui suffira alors pour se déclarer auprès de toutes les instances administratives sociales et fiscales (URSSAF, Trésor Public, RSI ou CIPAV, INSEE) comme nouvel auto entrepreneur.

Entrepreneur individuel (autonome)
Entrepreneur à responsabilité limitée (ERL)